Caspar David Friedrich:
Tableau "Le rêveur" (vers 1835), encadré
Vue proportionnelle
Tableau "Le rêveur" (vers 1835), encadré
Caspar David Friedrich:
Tableau "Le rêveur" (vers 1835), encadré

Brève info

ars mundi Édition exclusive | limitée, 980 exemplaires | numérotés | certificat | reproduction, impression giclée sur toile | sur châssis | encadrée | taille 55 x 41 cm (h/w)

TVA incluse plus Livraison

Réf. produit IN-944834

Délai de livraison: env. 2 semaines

Variante de cadre
Tableau "Le rêveur" (vers 1835), encadré
Caspar David Friedrich: Tableau "Le rêveur" (vers 1835),...

Description détaillée

Tableau "Le rêveur" (vers 1835), encadré

Dans "Le rêveur", Friedrich a créé un sentiment romantique contemplatif en utilisant des métaphores symboliques de la nature. Original : vers 1835, huile sur toile, 27 x 21 cm, Ermitage d'État, Saint-Pétersbourg.

Édition Fine Art Giclée transférée sur la toile de l'artiste et tendue sur châssis. Édition limitée à 980 exemplaires, numérotés, avec certificat. Encadré dans un cadre en bois massif doré fait à la main. Dimensions : 55 x 41 cm (h/l). Édition exclusive ars mundi.

Porträt des Künstlers Caspar David Friedrich

A propos Caspar David Friedrich

1774-1840

Caspar David Friedrich était le peintre allemand le plus important du romantisme. Même sa personne incarnait le romantique typique: plutôt introverti, proche de la nature et croyant, il voyait la nature comme le miroir des sensations humaines. Dans ses tableaux peints scrupuleusement, Friedrich réussissait à dépeindre une transparence métaphysique incomparable.

"Le peintre ne doit pas simplement peindre ce qu’il voit devant lui, mais également ce qu’il voit en lui." Avec ce conseil à ses collègues peintres, Caspar David Friedrich explique le mobile et le sens de ses tableaux.

La peinture de paysage prend une place prépondérante dans son œuvre. Friedrich faisait de longue promenade avec des amis dans les montagnes ou le long de la côte. Il découvrit l’individu dans sa petitesse face à la force majestueuse de la nature. Les figures solitaires contemplent, emplies de nostalgie, les paysages aux lointains horizons. Ils tournent souvent le dos à l’observateur, de façon qu’il puisse s’imaginer à sa place. À l’aide de la métaphore symbolique de la nature, la lune étant l’univers et la souche de l’arbre une indication que tout est éphémère, Friedrich fait naître des émotions romantiques méditatives et des sentiments religieux. Dans ses atmosphères naturelles, il voulait laisser entrevoir l’âme humaine.

À l’âge de 24 ans, après une formation académique à Copenhague, le jeune artiste déménage à Dresde. Dans la ville de l’Elbe se crée autour de lui et d’autres artistes et poètes tels que Tieck et Schlegel le cœur de la Frühromantik, mouvement romantique allemand. La réciprocité de la poésie et de la peinture est caractéristique du romantisme. Les paysages de Friedrich sont le miroir sur les sentiments et cherchent à exprimer visuellement ce que la poésie fait avec les mots. "C'est intérieurement que va le chemin mystérieux. En nous, ou nulle part, sont l'éternité et ses mondes, l'avenir et le passé." Ainsi parlait le poète Novalis en tant que représentant des artistes de la Frühromantik.

Recommandations